Accueil du site > Découvrir Bruz > Histoire > Le bombardement du 8 mai 1944

Le bombardement du 8 mai 1944

Contenu de la page : Le bombardement du 8 mai 1944

Le bombardement du 8 mai 1944

Dans la nuit du 7 au 8 mai 1944, un déluge de bombes s’abat à deux reprises sur la commune, semant la terreur et la désolation. Le centre est détruit en quasi-totalité, mairie, écoles, église et habitations.
183 Bruzois y perdent la vie, des familles entières sont anéanties, jusqu’à 7 membres d’une même famille. On dénombre quelque 300 blessés et 600 sinistrés, sur une population de 2800 habitants.

La journée du 7 mai a été pourtant particulièrement belle : c’était jour de communion solennelle. L’occasion d’oublier pour quelques heures la dure réalité de l’Occupation et de la guerre.

Un déluge de feu

Ce bonheur prend fin brutalement à 23h45 lorsque les sirènes de Saint-Jacques sonnent l’alerte. Une pluie de bombes s’abat alors sur la ville, durant vingt-cinq interminables minutes. Bruz n’est plus qu’un amas de décombres ravagé par des incendies. Les survivants quittent les ruines de leurs habitations pour se précipiter au secours des blessés.

Une deuxième vague meurtrière

L’accalmie est de courte durée. Deux minutes à peine après la première attaque, une seconde vague vient faucher les courageux citoyens venus secourir leurs voisins, allongeant encore la liste des victimes.

Une vision d’apocalypse

Les premiers sauveteurs venus de la campagne environnante et des bourgades voisines découvrent une vision d’apocalypse. Il s’agit avant tout de sauver des flammes ceux qui n’ont pas péri sous les bombes et restent prisonniers des décombres.
Le dévouement de tous est magnifique, et l’hospitalité des fermes les plus proches facilitera grandement la tâche des médecins et des infirmiers.

Une erreur tragique

Ce bombardement dévastateur n’est pas comme on pourrait le penser l’oeuvre de l’aviation allemande, mais bien de la Royal Air Force.
Il est établi aujourd’hui avec une quasi certitude qu’il s’agit d’une tragique erreur : l’objectif était le dépôt de munitions du bois des Ormeaux. C’est donc à la suite d’une erreur de balisage que les aviateurs britanniques ont largué leurs bombes sur la commune.

L’Association pour le Souvenir du 8 mai 1944 de Bruz œuvre pour perpétuer le souvenir de cet événement tragique et le transmettre aux jeunes générations.
Sa présidente, Marguerite Coutel, a publié des écrits sur cette tragédie.
Contact : 02 99 52 61 20.

Vous pouvez également consulter les ouvrages « Bruz de B à Z » et « Bruz la Martyre », en vente à l’accueil de la mairie.

En images

 - JPEG - 162.8 ko  - JPEG - 159 ko  - JPEG - 178.2 ko  - JPEG - 176.8 ko  - JPEG - 172.7 ko  - JPEG - 173.5 ko  - JPEG - 306.3 ko  - JPEG - 155.8 ko

Dans cette rubrique

Transmission de la mémoire aux enfants des écoles

Transmission de la mémoire aux enfants des écoles

Les élèves de fin de cycle des écoles primaires connaissent maintenant mieux l’histoire de Bruz.

Lire la suite

Elisabeth et Paola collectent la mémoire de Bruz

18. Elisabeth et Paola collectent la mémoire de Bruz

Après l’exposition "Histoires de commerce" en 2013, elles accompagnent la Ville sur un autre projet : le 70e anniversaire du bombardement du 8 mai 1944.

Lire la suite

1944-2014 : 70 ans après...

1944-2014 : 70 ans après...

Très solennelle et émouvante, la cérémonie du 8 mai a été suivie par plusieurs centaines de Bruzois venus commémorer le 70e anniversaire du bombardement de la ville. Retour en images.

Lire la suite

A noter

Le Parc de la Herverie, rue des Planches, abrite depuis 1964 un monument à la mémoire des 183 victimes.
En 2007 une "Allée du Souvenir" est venue renforcer l’hommage aux derniers survivants et à tous ceux qui périrent.

retour en haut de page