Accueil du site > Découvrir Bruz > Patrimoine > A Champcors, on moud le grain depuis dix siècles

A Champcors, on moud le grain depuis dix siècles

Contenu de la page : A Champcors, on moud le grain depuis dix siècles

A Champcors, on moud le grain depuis dix siècles

Niché en bord de Vilaine, tout au nord de la commune, l’édifice n’est peut-être pas aussi célèbre que son homologue du Boël (pourtant construit bien plus tard), mais n’a rien à lui envier côté histoire. Construit vers 1014 sur ordre du Duc de Bretagne Alain III, le moulin n’a cessé, depuis dix siècles, de tirer sa force des eaux de la Vilaine pour moudre le grain. Ici, le temps est à son œuvre lente, précise, perpétuelle, presque enivrante tant on sent le poids des ans. Du moulin d’origine, il ne reste que quatre pans. L’un garde les traces d’une gravure sur pierre très émouvante : « elle date du Moyen-âge » indique Emmanuel Pivan.

La roue à aube au fond de la Vilaine

-JPEG-384.7 ko

En 2000, Emmanuel a rejoint son père Guy dans l’entreprise familiale fondée par Laurent Pivan, le grand-père, en 1953. Depuis trois générations, cette famille de maîtres artisans meuniers tire de son outil ancestral une farine de grande qualité issue de blés cultivés en culture raisonnée, respectueuse de l’environnement. « nous produisons 17 000 quintaux (1700 tonnes) par an, essentiellement pour des boulangers du département ». Certes, l’outillage a un peu évolué : une turbine a remplacé la roue à aube tombée dans la Vilaine une nuit d’orage, en 1961. Mais le Moulin de Champcors n’a jamais failli. « Même pendant la guerre, Champcors tournait la nuit explique Emmanuel. Le meunier goudronnait les vitres et produisait de la farine pour les maquisards ».

Une péniche vagabonde

Domptée et aménagée, la Vilaine n’en reste pas moins un cours d’eau avec ses humeurs. « Tous les deux ou trois ans, l’eau envahit la machinerie, jusqu’à un mètre parfois, on est habitué, c’est la vie d’un fleuve ». La vie d’un fleuve, c’est aussi quand une péniche rompt ses amarres en amont, au moulin d’Apigné, et dévale la Vilaine en crue. « Mon père et ses ouvriers l’ont stoppée à quelques dizaines de mètres du moulin, avec des cordes lancées du rivage ! ». C’était au début des années 90 et cette péniche vagabonde aurait pu mettre fin à la belle histoire.

Aujourd’hui, Champcors est l’un des 10 derniers moulins en activité en Ille-et-Vilaine. Il en reste moins de 400 en France.

Situation

En images

 - JPEG - 311.5 ko  - JPEG - 368.9 ko  - JPEG - 394.5 ko  - JPEG - 382.8 ko  - JPEG - 582.3 ko  - JPEG - 513.3 ko  - JPEG - 375.3 ko  - JPEG - 410.1 ko

1 | 2 | 3 |>

Dans cette rubrique

retour en haut de page